Savon de Marseille, le piège à touristes

Après avoir connu son apogée en 1913, presque 400 ans après la création de la première fabrique, l’industrie du Savon de Marseille a connu, suite aux deux guerres mondiales, un fort déclin qui s’est précipité dans les années 50, lors de l’essor des détergents de synthèse.

Le Savon de Marseille reste cependant toujours fabriqué de nos jours, de manière industrielle comme artisanale, en tant que produit de propreté dont est avéré un usage corporel quotidien multi-séculaire, en particulier pour les mains et le visage. Il sert aussi de nettoyant ménager et au lavage du linge, et on le trouve à ce titre sous forme de paillettes

En deça de ses qualités, le Savon de Marseille est toujours apprécié grâce à son image positive qui évoque naturel, simplicité et propreté « à l’ancienne », permettant ainsi à ses fabricants de diversifier leur cible marketing, et de viser les touristes à la recherche d’authenticité provençale. C’est ainsi que l’on trouve une multitude d’étals et de boutiques sur le Vieux-Port, consacrés à la vente de produits typiquement marseillais, dont le Savon de Marseille.

Il faut savoir pourtant que le terme « savon de Marseille » n’est nullement une appellation d’origine contrôlée. Il correspond en réalité à une méthode de fabrication, liée au procédé de saponification dit « marseillais », et basée sur un code permettant de contrôler la présence de corps gras et de limiter l’ajout d’additifs, parfums et autres colorants. Néanmoins, ce code est trop large et permet à une grande quantité de savons d’origines diverses de bénéficier de l’appellation Savon de Marseille…

Par conséquent, si vous êtes à la recherche d’authenticité et non pas d’un piège à touriste, sachez qu’un Savon de Marseille traditionnel se présente sous la forme d’un gros cube de 600 grammes, vert ou marron selon s’il contient de l’huile d’olive ou non, et sur lequel est gravé « 72% d’huile » ainsi que le nom de la savonnerie… Sachant que dans la région marseillaise, seules trois savonneries continuent à fabriquer du savon comme il se fabriquait il y a trois siècles : la Compagnie du Savon de Marseille, la savonnerie du Sérail et la savonnerie de la Licorne.

Alors quid des Savons de Marseille que l’on peut trouver au marché à touristes sur le Vieux-Port ? Il s’agit en fait très certainement de savons conditionnés à partir d’une base savon provenant essentiellement d’Asie du Sud-Est, le travail consistant uniquement à colorer, parfumer et mouler cette base selon un procédé moderne qui peut bénéficier de l’appellation « Savon de Marseille »… Nous sommes bien loin des valeurs de propreté, simplicité et authenticité exposées plus haut !

Sources : Wikipedia

lemarroneur