Les blockhaus des Goudes : fenêtre sur le bout du monde

Une fenêtre de béton armé délabrée, tournée vers la Méditerranée, offrant une vue imprenable sur l’Île du Maïre… Un décor de lendemain d’apocalypse, depuis l’un des blockhaus en ruine situés à la sortie des Goudes.

Et il est vrai que le quartier des Goudes a une certaine allure de « bout du monde », la route sinueuse et étroite délaissant les cabanons de pêcheurs du village des Goudes s’arrêtant brusquement face à l’Île du Maïre. Impossible d’aller plus loin, si ce n’est de retourner au village des Goudes pour se diriger ensuite vers le véritable « bout du monde » marseillais, à savoir la calanque de Callelongue et son port adossés à même le massif de Marseilleveyre.

Seuls les blockhaus en ruine parsemés ça et là parmi les blocs rocheux abrupts immenses et dépouillés, montrent une trace de civilisation (et quelle civilisation !) dans ce paysage prédominé par le bleu de la Méditerranée et du ciel, et le blanc calcaire de la côte sauvage. Derniers témoins de la Guerre 39-45 et de l’occupation allemande, ils constituent aujourd’hui une curiosité touristique passionnante, mais également un point de vue imprenable sur la rade de Marseille… Voire, pour les adeptes de la farniente, de confortables surfaces planes pour bronzer sans être importunés !

Pour prendre un peu plus de recul, voici une vision à 360° du quartier des Goudes, qui à défaut d’être le bout du monde constitue avec la calanque de Callelongue le bout de Marseille…

lemarroneur