Marseille-Paris en TGV par le viaduc de Ventabren

Mise en service en 2001, la LGV Méditerranée est une ligne à grande vitesse de 250 km, qui prolonge la LGV Rhône-Alpes de Saint-Marcel-lès-Valence à Marseille. Elle relie ainsi depuis 2001 Lyon et le nord de la France à la région PACA, en mettant Paris à 3h de Marseille, pour une distance de 750 km.

La Provence présentant un relief très marqué, de nombreux ouvrages d’art caractérisent la LGV Méditerranée, tantôt aériens tantôt souterrains, justifiant entre autres le coût de sa construction qui s’élève à 3,8 milliards d’euros.

Parmi eux, le viaduc de Ventabren est le plus grand ouvrage d’art hors-sol constituant la LGV Méditerranée. Avec ses 1730 mètres de long, sa portée de 110 mètres et ses 36 piliers, il est classé viaduc exceptionnel aux côtés du viaduc de l’Arc.

Situé à 10 km à l’ouest d’Aix-en-Provence, il franchit la large vallée d’Eguilles, l’autoroute A8 et la RD10, avec une circulation sur 3 étages : la voie ferrée au niveau supérieur, culminant à 30 mètres, l’autoroute au milieu et la route départementale au premier niveau.

Sa construction a nécessité plus de 25 mois de travaux, période durant laquelle le chantier aura servi au tournage de la dernière scène du fil Taxi. Mais ce qui fait la particularité de ce pont en poutre, c’est avant tout la combinaison de ses modes de construction, qui aura permis de réaliser un assemblage final en l’espace d’une seule nuit, le 23 septembre 1997 : le segment central, construit parallèlement à l’autoroute A8, aura été mis en place par rotation au dessus de l’axe autoroutier, tandis que les ponts nord et sud furent construits par poussage.

Et c’est ainsi que le viaduc de Ventabren peut être admiré dans la brume matinale, imposant, ses piliers jouant avec les rayons du soleil. Mais le plus impressionnant reste encore la vitesse du TGV lorsqu’il passe à côté de vous. Si la clôture impose une distance d’une dizaine de mètres aux voies, il n’en reste pas mois qu’entendre le TGV arriver à 250 km/h dans votre dos reste une expérience pour le moins effrayante. Le temps de prendre la photo, et le voilà déjà loin…

lemarroneur