Journées du patrimoine à Marseille : visite de l’Hôtel de Ville

Créées en 1984 par le ministère de la Culture, les Journées européennes du patrimoine ont lieu chaque année le troisième […]

Créées en 1984 par le ministère de la Culture, les Journées européennes du patrimoine ont lieu chaque année le troisième week-end de septembre. Annoncé les 19 et 20 septembre l’an dernier, j’avais malheureusement raté ce rendez-vous culturel, malgré un billet sur le Palais de la Préfecture de Marseille, dans lequel j’annonçais pourtant l’événement.

C’est donc avec beaucoup plus de sérieux que j’ai abordé cette 27e édition des Journées Européennes du Patrimoine, bien décidé à rattraper le temps perdu. Et c’est par l’Hôtel de Ville que j’ai décidé d’entamer cette rentrée culturelle, curieux de connaître notamment la sensation offerte par le balcon d’honneur, lieu de prestige où en mai dernier l’OM présentait aux Marseillais ses trophées de la saison.

Situé sur le quai du port dans le 2ème arrondissement, l’Hôtel de Ville de Marseille est un immeuble datant du XVIIe siècle. Il est d’ailleurs l’un des rares bâtiments à avoir survécu à la destruction du quartier sous l’occupation allemande en 1943. Ainsi, il se démarque aisément des édifices « modernes » qui le côtoient par son style d’inspiration génoise : sa façade principale comporte deux ailes symétriques surmontées de frontons triangulaires, tandis qu’au premier étage se trouve le fameux balcon, soutenu par des colonnes et des pilastres couronnés d’acanthes… mais auquel aucun escalier n’y conduit !

C’est en effet la grande surprise de cette visite : l’accès au premier étage se fait en réalité par l’immeuble situé derrière l’Hôtel de Ville, les deux bâtiments étant reliés entre eux par une galerie couverte. Pour la petite histoire, cette particularité s’explique par la réservation exclusive du rez-de-chaussée à la « loge » des marchands. C’est d’ailleurs pour cela que la rue séparant les deux bâtiments s’appelle rue de la loge !

Ainsi, c’est après avoir slalomé entre les convives de 3 ou 4 mariages, franchi l’entrée, gravi l’imposant escalier, passé la galerie couverte, et traversé la grande pièce gravée aux noms de tous les maires marseillais que j’ai enfin pu m’accouder enfin sur le fameux balcon, face à Notre-Dame de la Garde…

Mais était-ce à cause du quai d’honneur en contrebas à moitié désert ? Ou juste que je m’attendais à être plus haut ? Ou encore par l’aspect hyper moderne des bureaux à l’intérieur, contrastant avec l’architecture prestigieuse du bâtiment ? Toujours est-il que je n’ai pas ressenti le sentiment de grandeur que je m’imaginais, même si la vue sur le Vieux-Port et la Bonne-Mère par dessus les mâts des bateaux reste l’une des plus belles images que je conserve de Marseille…

Le Marroneur

Marseillais d'origine, geek averti et photographe occasionnel, voilà qui caractérise rapidement le minot amateur d'apéro un peu râleur qui se cache derrière ce blog sur Marseille. Fier de son accent, il aime à photographier sa Provence natale, mais regrette la mentalité marseillaise, qui laisse parfois à désirer. Ainsi, Marseille (part) en live ! reflète sa vision du quotidien mouvementé de la belle et turbulente cité phocéenne...