Salon de l’érotisme 2012 à Marseille : quand le X fait son show à côté de l’UMP…

Nicolas d’un côté, les copines de Clara de l’autre. L’ironie du sort a voulu que le salon de l’érotisme ait lieu le weekend suivant la St Valentin, date également choisie par notre Président pour réaliser son meeting à Marseille… Autant dire que pour la majorité des Marseillais, le choix fut rapidement fait.

Et nous voilà donc partis sur un coup de tête pour une virée au salon de l’érotisme édition 2012, afin de voir les éventuelles nouveautés par rapport à l’édition précédente de ce rendez-vous annuel. Aussitôt dit, aussitôt fait, un coup de métro et nous émergions devant le Parc Chanot, à un horaire savamment défini pour éviter les foules des heures d’affluence.

Entrées à 10€ avec les 7€ de réduc téléchargeables sur le site d’Eropolis (une offre d’ailleurs formulée de manière très étrange, laissant penser à tort que l’entrée ne coûterait que 7€), un petit coup de tampon sur la main, et hop, nous voilà entrant dans l’arène du plaisir… Ah oui, tenue correcte exigée, port des baskets interdit, certains en auront fait les frais. Et en parlant de frais, c’était tout l’inverse à l’intérieur, bondé de monde malgré l’horaire choisi. L’ambiance, très chaude, sans jeu de mots coquins, menait directement au bar, où nous pouvions commander à boire tout en appréciant le spectacle d’une jeune fille dansant lassivement sur une barre. Autant dire que peu nombreuses étaient les personnes attirées par le contenu de leur verre, levant au contraire les yeux au ciel.

Le spectacle terminé, c’est l’égérie du Salon de l’Érotisme qui démarrait son show sur la scène principale. Une égérie qui, contrairement à ce que l’on aurait pu s’imaginer, n’était pas une créature plantureuse mais… Allan Théo. Oui, vous avez bien lu. Mais siiiii, rappelez-vous :

« Emmène-moi !
J’ai posé ces quelques mots
Sur les notes du piano
Pour les souffler jusqu’à toi
A little song for you
… »

Eh bien figurez-vous que cette star révolue de l’époque Boys Band s’est engagé dans une carrière musicale un poil plus trash, ce qui revient à dire que la chemise ouverte des années 90 a été troquée contre… rien, justement. L’affiche de son album (tout comme ses clips d’ailleurs) placardée en grand sur un tout petit stand dédié aux dédicaces en disait long : Allan Théo nu, cachant sa nudité derrière sa seule guitare électrique. Fichtre.

allan theo égérie salon érotisme

Mais laissons le chanteur à son show très chaud (oui, parce qu’il ne faisait pas que chanter, si vous voyez ce que je veux dire…), et tournons-nous davantage vers les stands, dont on pouvait faire le tour sur environ 3/4 d’heures pour un premier repérage. Peu ou prou les mêmes que l’année dernière : déguisements coquins, lingerie, chaussures à talons vertigineux, sextoys tous calibres, cabines d’effeuillage, espace adultes payant, tout y était. Même la voiture de police américaine servant de décor pour les tournages de films classés X était là. Quoiqu’en y réfléchissant, la limousine rose et cette petite hôtesse qui vous invitait innocemment à vous installer sur la banquette arrière pour la modique somme de 30€ manquaient à l’appel… Mais je m’égare.

Bien sûr, la marque marseillaise Lovely Planet était largement représentée aux côtés des nombreux importateurs allemands, disposant même d’un stand à faire pâlir de jalousie Nicolas qui monopolisait pourtant le hall n°1 du Parc Chanot, arborant toutes sortes d’objets / jeux / gadgets à des prix en moyenne 1,5 fois supérieurs à ce que l’on peut trouver – pour les mêmes produits ! – sur Internet…

Mais reconnaissons-le, ce fut un agréable moment. Un moment amusant même, tant il est étonnant de constater à quel point l’événement attire tous types de personnes. Si les couples, jeunes ou moins jeunes, étaient nombreux, si les bandes de potes étaient également largement représentées également, le salon de l’érotisme était également ce weekend un bon prétexte pour les sorties en famille… Si si, je vous jure ! 😉

Mots-clés :

lemarroneur