Primark prend ses marques auprès des shoppeuses marseillaises

Vous n’avez pas pu passer à côté de l’effervescence et l’enthousiasme créés par l’ouverture du fameux magasin de prêt-à-porter féminin, dont l’immensité et les prix attractifs alimentent encore les discussions depuis la Canebière jusqu’à l’Estaque : Primark !

Ce nouveau géant venu du Nord, implanté à Marseille Grand Littoral grâce notamment à l’action de l’agence économique territoriale Provence Promotion, propose d’offrir des looks sympas pour quelques sous seulement, mettant à mal les grandes enseignes telles que H&M auxquelles était jusque là habituée la shoppeuse marseillaise.

Une marseillaise vraie de vraie a accepté de raconter sous couvert d’anonymat sa « première fois » à Primark :

Une chose est certaine, ces innombrables mètres carrés de vêtements très similaires à ceux que l’on peut trouver chez H&M ne peuvent laisser indifférents les yeux des marseillaises, jeunes comme moins jeunes. Mais attention : réticentes à la foule, aux bousculades et aux files interminables s’abstenir ! Car chez Primark, le bain de foule et la patience seront obligatoires. Ainsi, déambuler, dégoter vos coups de cœur, les essayer et les régler en caisse deviennent un véritable sport de compétition !

« Il faut s’y rendre tôt dans l’après-midi », me fit savoir une amie qui n’avait pu s’empêcher de fouler le lieu de ses pieds, quelques jours seulement après l’ouverture du magasin, avant Noël. Pensant qu’elle ait pu exagérer un soupçon en tant que véritable marseillaise originaire de l’Estaque, je n’y ai cru qu’à moitié mais suivi néanmoins le conseil. Et seulement une demi-heure après avoir franchi les barrières du magasin, fouinant dans les rayons mon énorme « bag » à la main, prêt à être copieusement rempli, c’est avec grande stupeur que je dû constater l’impensable : une file d’attente de plusieurs mètres à l’extérieur, attendant la bénédiction du videur (si si !) afin de pouvoir accéder à ce lieu si convoité et ses innombrables richesses… Incroyable !

Mais qu’on ne s’y trompe pas, ces prix si bas sont un piège bien insidieux pour notre porte-monnaie. « Dix-sept euros les escarpins ?? Pourquoi m’en priver ? » Et de petits prix ajoutés en petits prix ajoutés voilà que le ticket de caisse surprend un peu… C’est peut être ça la stratégie Primark : étalage à n’en plus finir de fringues sympas, accessoires innombrables en tout genre, chaussures, sacs et cosmétiques qui entraînent une frénésie du « à-ce-prix-là-je-prends » et qui remplit votre « bag » surdimensionné en un rien de temps. Vous le trouviez imposant en arrivant ? Voilà, vous avez compris.

Evidemment, votre exigence en terme de qualité devra être bien modérée… Oui, souvenez-vous par exemple ces p’tits escarpins bien sympathiques choisis dans la frénésie que nous mentionnions quelques lignes plus haut. Vous y êtes ? Méfiez-vous car vos pieds, eux, s’en souviendront longtemps après les avoir portés, ne serait-ce que le temps d’une seule soirée !

Maintenant vous voilà prévenues, les filles ! Et sur ces petites mises en garde, il ne reste plus qu’à souhaiter une bonne découverte à celles qui n’ont pas encore connu l’effet Primark !

Un grand merci à cette contributrice soucieuse de sa réputation pour cet avis éclairé. Mais parions que ni ce témoignage, ni les files d’attente illustrées sur les photos ci-dessous n’arrêteront la frénésie des serial shoppeuses marseillaises…

lemarroneur