Matériel photo

Après plus de six mois d’existence à traiter d’instants marseillais photographiés au quotidien, il fallait à ce site des photos de meilleure qualité que celles restituées par ce simple Samsung ES55. Certes aisément transportable, ce compact doté d’une sensibilité pouvant aller jusqu’à 1600 ISO et d’un stabilisateur numérique DIS montrait toutefois ses limites dès que la luminosité ambiante se dégradait un peu. Tombée de la nuit ou tout simplement mauvais temps, le rendu des photos devenait médiocre, la retouche logicielle ne parvenant parfois même pas à rendre les clichés utilisables pour illustrer un article.

La décision a ainsi été prise, Noël 2009 approchant, d’investir dans un appareil photo un peu plus polyvalent, sans toutefois perdre de vue que ce blog sur Marseille reste le site d’un photographe amateur sans prétention artistique particulière, si ce n’est peut-être celle d’offrir aux internautes une vision fidèle de la cité phocéenne au quotidien. Le choix s’est donc porté tout naturellement sur un appareil photo de type bridge, sage compromis en termes de performances et de prix entre appareils compact et reflex.

Lumix DMC-FZ28C’est plus précisément le Lumix DMC-FZ28 de Panasonic qui au terme d’une brève étude du marché a été élu pour assurer la relève. Un choix dicté par le rapport qualité/prix indiscutable de cet appareil, réputé avant tout pour la polyvalence de son zoom 18x grand-angle et de son nouveau processeur Venus Engine IV intégrant un mode de correction ISO automatique. De quoi améliorer grandement les clichés réalisés de nuit !

Cependant, après quelques années de bons et loyaux services, le besoin de revenir à un appareil plus compact s’est fait ressentir. Car il faut reconnaître que malgré sa polyvalence et la puissance de son zoom, le FZ28 reste un appareil plutôt encombrant que l’on n’emporte pas partout avec soi, poids et volume s’accommodant plutôt mal des sorties improvisées et de la foule. Difficile dans ces conditions de pouvoir prendre des « photos de rue » à la volée, pourtant nécessaires pour fixer sur la pellicule certains instants du quotidien marseillais…

C’est alors que début 2012 je commence à m’intéresser à une nouvelle génération d’appareils photo, les Compacts à Objectifs Interchangeables (COI), également appelés hybrides. Parmi les figures emblématiques de ce genre nouveau, Sony s’impose déjà avec sa gamme NEX, tournée davantage vers les photographes néophytes, contrairement aux COI des marques Panasonic, Olympus ou encore Samsung.

ZNEX5WLENSESC’est donc vers le NEX-5 que j’ai choisi de me porter, meilleur compromis entre compacité et budget par rapport à ses frères le NEX-3, moins compact, et le NEX-7, plus récent et par conséquent beaucoup plus cher. Et puis aussi à l’époque, le NEX-5 est l’appareil le mieux doté en optiques :

  • Objectif « pancake » grand angle E16 mm F2,8, combinable avec un objectif ultra grand angle ;
  • Objectif zoom standard E18-55 mm F3,5-5,6 ;
  • Téléobjectif 11x E18-200 mm F3,5-6,3.

Ainsi, cet appareil photographique tout-terrain arpente désormais inlassablement Marseille et ses alentours, à l’affût d’un instant à saisir, d’une image à cadrer. Des clichés pour illustrer le plus fidèlement possible le quotidien marseillais, que vous pourrez retrouver sur votre ordinateur en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire. Enfin, peut-être pas. Mais vous savez ce que c’est : il faut toujours qu’on exagère un peu à Marseille ! 😉

À propos de l'auteur