En passant devant le Palais de Justice de Marseille…

C’est en remontant le cours Pierre Puget que soudain surgit au détour d’un carrefour le Palais de Justice de Marseille, sans que l’on s’y attende. Il faut dire que malgré son imposante architecture, le Palais de Justice sait se faire discret, bien en retrait tout au bout de la place Montyon, une grande esplanade qui le sépare du cours Pierre Puget.

Situé tout à côté du tribunal civil ainsi que du tribunal de commerce, le Palais de Justice a été construit ici entre 1856 et 1862 par l’architecte Auguste Martin, afin de remplacer l’Hôtel Daviel (aujourd’hui annexe de la mairie) qui était devenu trop petit pour héberger la magistrature marseillaise.

Si l’on traverse l’esplanade bordée d’arbres afin de se rapprocher des 25 marches du perron, on pourra admirer sur le fronton triangulaire surmontant les 6 colonnes massives la représentation de la Justice, avec à sa droite la Force et le Crime, et à sa gauche la Prudence et l’Innocence, une œuvre du sculpteur Eugène Guillaume.

Les reliefs de part et d’autres de la porte monumentale, sous le porche, œuvres du même sculpteur représentent quant à eux la Justice protectrice et de la Justice répressive, du même artiste.

Il ne reste plus qu’à espérer visiter les lieux à l’occasion d’une promenade à travers la ville, et non sous le coup d’une convocation, afin de profiter pleinement de la fraîcheur du bassin bleu turquoise et de l’architecture de ce monument marseillais…

lemarroneur