Le marché aux santons de Marseille bât son plein

Il n’en fallait pas plus que quelques rayons de soleil et des températures plus que douces pour que je me décide enfin à traîner mes guêtres du côté du Marché aux Santons de Marseille en ce dernier weekend avant les traditionnelles festivités de Noël. Non pas tant que je sois fin collectionneur de ces petites figurines en terre cuite habillées ou à peindre, mais parce que flâner sur La Canebière au milieu des odeurs de chocolat chaud et autres musiques de Noël (en l’occurrence les hauts-parleurs de la place du Général de Gaulle diffusaient plutôt Nostalgie) est toujours agréable un dimanche matin ensoleillé.

Un avis manifestement partagé par de nombreux Marseillais et touristes étrangers, qui se sont donné rendez-vous devant le Palais de la Bourse pour finaliser leurs achats de Noël, dégoter quelques souvenirs sur fond de Savon de Marseille et autres “spécialités” provençales (cf. pétition “Sauvons le Savon de Marseille”), compléter leur crèche, faire un tour de Caroussel, ou tout simplement profiter des températures plus que généreuses pour la saison.

Et de l’avis des maîtres santonniers présents, dont Claude Carbonel, spécialiste du santon provençal habillé et articulé avec qui j’ai eu la chance d’échanger quelques mots, voilà qui ne pouvait mieux arriver à deux jours seulement de Noël. Car “selon comme ça tombe, nous ouvrons [la Foire aux Santons] une semaine avant décembre d’habitude. Mais cette année, nous avons ouvert le 17 novembre, ce qui était beaucoup trop tôt !”. Sans compter les diverses intempéries et autres coups de froid qui ont secoué la région ces dernières semaines, mettant à mal une Foire déjà en proie aux aléas de “la crise”…

lemarroneur